Le photographe, l’idiotie et l’accident

1 year ago 0
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le photographe et l’idiotie

C’est un peu comme chercher ses lunettes et s’asseoir dessus ou de les avoir sur le nez. Une belle idiotie. Beaucoup ont ce réflexe (nan pas le boiter bandes de tâches!) de viser en fermant un œil. Ils s’isolent mentalement pour mieux se concentrer sur la prise de vue. Je ne blâme pas ce comportement, c’est un réflexe. Simplement je pense que cela ne dispense pas de s’assurer d’être en sécurité avant de fermer un œil. Sinon on pourrai finir par fermer les deux pour de bon.

Il y a de sacrées « faillite totale » ou les photographes ne sont plus vraiment conscient de ce qui les entoure et des dangers qui accompagnent le tout. On va passer en revue quelque morceaux choisis de la bêtise. On ne pourra pas tout faire. Einstein a dit qu’elle était infinie, alors bon…

Les sports mécaniques étant le rendez-vous des spectateurs idiots mais pas que. Il y a des photographes dans le tas. Hélas.

Dragster race

Il a eu de la chance et avoue même à un moment « que cela ferai une belle séquence ». Ce bougre a échappé de peu à une mort certaine. Ces véhicules bricolés sont fait pour une seule chose. Bouriner du premier centimètre jusqu’à la ligne d’arrivée. Il ne faut donc pas s’étonner de voir des sorties de routes et des bolides échappant à tout contrôle. Ce n’est tout simplement pas fait pour cela. Avec un réservoir chargé en produits explosifs monté sur 4 roues; on réussit ou on se crash!

Zoloto Kagana rally

Le « Zoloto Kagana rally » de Mai 2016  ou un idiot du village se fait carrément rouler dessus par un camion participant à la course. Le pilote a perdu temporairement le contrôle du camion provoquant une instabilité et des écrans de poussière. Le pilote ne voyait pas les personnes en contre-bas lorsque le véhicule a cabré. Ce malheureux n’était visiblement pas le seul à se faire surprendre par ce camion fou. Il a eu moins de chance que les autres mais reste un miraculé. D’après ce que l’on sait, il n’est pas mort. C’est probablement dû au fait de la malléabilité du sol et des pneus moins gonflés (mieux adapté à la conduite sur sable).

Manœuvres en mode lance pierre

Il aurait pu se faire couper en deux celui-ci.

Circuit, virage, plantage

Mais pu***! Pas dans la sortie de virage!!! Il ne s’agit pas de manque de professionnalisme dans l’exemple suivant mais tout simplement de débilité profonde. On va énumérer pourquoi :

  1. Il (ou elle) est dans la sortie du virage. Statistiquement c’est l’endroit ou se retrouvent toutes les voitures qui font une sortie de route. D’où la présence des pneus (on y reviendra).
  2. On distingue clairement une route mouillée. On sait par définition que les effets de dérapage et d’aquaplaning sont fréquents dans les courses automobiles. Surtout si des pilotes n’ont pas choisi les bons pneus (pluie/sec).
  3. Dans le fond on voit clairement des gros nuages qui montrent qu’il vient de pleuvoir. Ce qui accentue la probabilité d’accident. L’eau qui vient de se déposer se mélange à la poussière créant une sorte de gélatine qui augmente les chances de dérapage.
  4. Les piles de pneus derrière lesquels est posté le photographe ne sont pas fait comme un mur. C’est fait pour transférer de la force pour arrêter le véhicule. Les pneus sont éjectés au moment du choc. Donc si on se poste derrière et qu’une voiture emplafonne la pile de pneus, on se prend lesdits pneus dans la face. Et c’est ce qui se passe dans la vidéo. Bravo toto!

Paparazzi

Bref.

Même derrière un arbre c’est risqué

Pour montrer ce a quoi ressemble ce genre d’accident regardons la vidéo suivante. Pour le coup l’arbre sauve le photographe. Je le trouve tout de même un peu fin ce tronc d’arbre. Il a quand même tenu bon. Pas de mort sur cette accident spectaculaire.

Quand bien même cela semble être une bonne planque, cela ne l’est pas. Pour une raison simple. Le photographe dans ce cas est sur la trajectoire du véhicule. Donc il peut se passer plusieurs scénarios.

  • Le véhicule sera bien stoppé par l’arbre mais se disloque et fait l’effet d’une grenade qui projette un tas de débris. Cela peut passer quand c’est les plastiques mais il sont peu nombreux. Cela le fait moins quand c’est du métal.
  • Le véhicule peut percuter l’arbre mais pas en plein milieu. Par exemple sur une aile de la voiture. Donc il se peut qu’il fasse un demi-tour et continue sa course en tournoyant. Complétement imprévisible et dangereux. Tout ce qui est sur les cotés et derrière l’arbre est en danger à ce moment là. Dans le meilleur des cas cela fait un billard ou le véhicule revient sur la route. Dans le pire il reste dans les cotés pouvant emporter avec lui des spectateurs.

 

Redneck forever!

Il y a aussi les crétins à grosse voiture. Quelque part cela ne m’étonne pas. Il y a une certaine concentration de « redneck » aux USA. Parfois le danger; c’est les autres. Celui-ci m’a tout l’air d’être dans le top 10 des redneck à SUV. Une grandeur d’âme sans commune mesure semble-t-il.

Tout ça pour dire qu’il y a nombre de dangers quand on fait de la photographie. Quand on cherche la bonne photo on doit être conscient des dangers et pouvoir décider si on prend un risque ou pas. Donc il faut un mode opératoire et des règles de conduite. comme je suis très généreux en voici quelques unes que je pense être primordiales.

Les consignes

Trouver son « spot »

Surtout lorsqu’il y a du mouvement autour. Ex : Dans une manif, sur un rallye, sur le bord d’un étang à crocodiles; c’est pareil. Il faut trouver un endroit ou on pourra éviter le danger. Éventuellement fuir si besoin. Donc on ne se met pas dans la sortie de virage d’une course automobile mais plutôt dans l’intérieur du virage et en fin de courbe.

On regarde qui est là

Il y a toujours un tas d’olibrius plus ou moins gênant dans un événement. Cela va du gentil curieux au mec qui « travaille ». Le gentil curieux posera des questions plus ou moins anodines. Il n’est pas méchant en soit, juste curieux.

Le mec qui « travaille » est plus difficile à gérer. Cela peut être un type qui fait commerce. Il n’aime pas les photos. Soit il s’en va, soit il reste. S’il reste, en général, il signifie rapidement que la photo; c’est pas son truc. Cela se passe bien si on sait prendre le temps de communiquer que l’on soit obligé de partir ou pas. On peut devancer les choses en  prévenant  que l’on va faire une photo.

Et  enfin il y a les voleurs / casseurs souvent présents dans le flux des manifestations. Ceux la, il n’y a rien à faire de particulier si ce n’est que de les éviter ou d’être accompagné par un grand avec des muscles (en d’en avoir sur soi aussi).

Sécurité d’abord!

Naaaannnn!!!! Sécurité d’abord, point final! On regarde ou l’on se positionne et on ne fait pas de déplacements supplémentaires en visant. On arrête de viser, on se repositionne (en regardant ou on met les pieds hein) si besoin et on se remet à viser.

A bon entendeur.

 

Facebooktwittergoogle_plusyoutube
Related Posts

Laisser un commentaire